Le phénomène Stéphanos Thomopoulos

Dans ces nappes incessantes, ces vagues de chromatismes, ces parties intercalées, ces cascades d'octaves et effets d'estrade en tous genres, les frappes d'enclume et les contrastes vertigineux, Staphanos Thomopoulos préserve les silences, cisèle les nuances et le lyrisme du chanté : il maîtrise tout de bout en bout, c'est évident, il nous le fait entendre.

Par moments, il fait oublier que le piano est un instrument mécanique, tant il s'impose à lui, en donnant l'impression d'avoir les cordes directement sous les doigts, comme un guitariste de jazz. Très impressionnant, efficace, beau.

Jean-Marc Warszawski, 11 octobre 2013

www.musicologie.org

Ce pianiste grec est saisissant dans Herma de Iannis Xenakis

Olivier Bellamy - Le monde de la musique

Dans la composition Akea pour piano et quatuor, les Arditti ont joué avec le pianiste Stéphanos Thomopoulos, qui a en suite seul interprété Evryali. Il n’y a pas beaucoup de pianistes qui peuvent être à la hauteur des terrifiantes difficultés techniques de cette œuvre. Thomopoulos est allé au-delà d’une simple exécution, en trouvant de la place pour des accentuations, des affinements et des détails expressifs, en mettant en valeurs les silences et en prenant soin des conclusions de phrases, donnant ainsi à la musique une autre force.

Kathimerini, 19-6-2011

Avec le Quatuor Arditti a joué le pianiste Stéphanos Thomopoulos dans l’exécution d’Akea pour piano et quatuor à cordes, tandis que tout seul il nous a offert une lecture exceptionnelle de Evryali pour piano seul.

Elevtherotypia 14-6-2011

Dans le vaste mouvement lent du concerto de Philip Glass pour Piano et orchestre à Cordes, le jeu expressif et sensible du pianiste Stephanos Thomopoulos a réussi la surprise attendue, en ressuscitant l’émotion d'une exposition « virginale » dans  les harmonies volontairement dénudées et élémentaires de l’écriture du compositeur.

Elevtherotypia (⊕λευθεροτυπ?α), 27-5-2009